Les parcs et jardins

En savoir plus

Les parcs et jardins

Pour les tout-petits, les petits, les jeunes, les familles, les retraités, les amoureux de tous âges ou les solitaires en quête d’un moment de paix, les squares et jardins d’Asnières offrent une belle variété de jeux et de plantations… et quantité d’histoires à raconter.

Consulter le règlement des squares

La rose d’Asnières

Soucieuse de trouver un symbole fleuri pour la ville d’Asnières, plus aimable que le chardon qui figure dans les armoiries, la Mairie a contacté plusieurs créateurs de roses.

C’est ainsi qu’elle a confié en 2001, à Paul Croix et à sa fille Dominique, pépiniéristes rosiéristes, le soin de lui présenter une nouvelle rose. Après un choix difficile, il a été décidé que la rose d’Asnières serait une fleur rouge orangé de 50 à 60 pétales, aux revers légèrement argentés et très résistante aux maladies. Il s’agit d’une qualité exceptionnelle.

À ce jour, 2 665 rosiers ont été plantés dans les espaces verts publics de notre commune. Dès sa naissance, notre rose a été récompensée par une médaille d’argent décernée à Buenos Aires.

Square Voyer d’Argenson

Rue du Château – quai du docteur Dervaux
Square remarquable par ses platanes très âgés d’un port somptueux
Surface : 8 400 m²

Équipements : bassin avec animaux, jeux pour enfants en bas âge et moyens, fronton de tennis.

À l’origine, ce terrain appartient au parc Voyer d’Argenson descendant vers la Seine. Son morcellement commence dès 1845. En 1886, Vital Pouget (1846-1929), riche professionnel du pari sur les champs de courses, en acquiert une partie afin d’y construire une résidence, que l’on nommera « le château Pouget ». La Ville d’Asnières en devient le propriétaire en 1926 et ouvre le parc au public.

Quant au château Pouget, un temps transformé en dispensaire et en centre de transfusion sanguine, il disparaît en 1980, remplacé par un moderne centre départemental de transfusion. De nos jours, à cet emplacement ont été réalisées 2 pouponnières et 1 PMI.

Square Silvain

Rue Parmentier
Surface : 2 800 m²

Équipements : jeux pour enfants en bas âge, tables d’échecs.

Ce square, acquis par la Commune en 1932 est situé derrière le marché Flachat. Il honore la mémoire d’Eugène Silvain, grand
acteur asniérois. C’est le sculpteur Félix Benneteau-Desgrois qui a reproduit le buste de l’acteur qui repose dans ce véritable havre de paix.

Créé entre 1932 et 1933, il fut acquis par la Commune sur les terrains de Monsieur René Lapierre des établissements Tricotel, pour la somme de 1 275 000 francs. La Municipalité voulait agrandir le marché, construire un bureau de poste et aménager un jardin public. Ce jardin fut dédié à Louise et Joseph Silvain où un monument est érigé à leur mémoire. Ce jardin fut inauguré le 1er juillet 1934.

Eugène Charles Silvain, né à Bourg-en-Bresse en 1851, fut d’abord un brillant officier en 1870-1871 avant de devenir acteur de théâtre. Il entre à la Comédie Française où il devient sociétaire en 1883. Résidant à Asnières depuis 1882, il édifia une propriété au 22 rue de la Lauzière où il vécut avec sa famille jusqu’à sa mort en 1930.

Square du Maréchal Joffre

Rue Pierre Brossolette – place J.J Rousseau – rue des Jardins
Surface : 20 000 m²

Équipements : jeux pour enfants en bas âge et moyens, terrain de football en gazon synthétique, roseraie, bassins, espace de pétanque.

Parc créé sur l’ancienne propriété appartenant aux consorts Varin, héritiers de la famille Thion de la Chaume. Cet ensemble fut acquis par délibération du Conseil municipal le 23 juillet 1927.

Réalisé par l’architecte Voyer Chevallier, aménagé par la société paysagiste Villette et agrémenté par les entreprises Tricotel, ce square fut inauguré par le ministre de l’Éducation nationale Marius Roustan, le 17 novembre 1935.

Ce square possède de nombreuses statues et plaques commémoratives : la femme allongée de Louis Dideron, la vieille femme tricoteuse de Monsieur Normand, une plaque en l’honneur du Maréchal Joffre réalisée par Émile Bracquemond ainsi qu’une plaque dédiée à Gérard Mourgue : poète, écrivain et philosophe asniérois (1921-1995). Ce square faisait sans doute partie de l’ancienne propriété de la princesse Palatine au XVIIe siècle.

Joseph Joffre, né à Rivesaltes en 1852, polytechnicien et officier du génie en début de carrière, réalisa plusieurs campagnes dans les colonies au Tonkin en 1885, au Soudan en 1892, ainsi qu’à Madagascar en 1900. Il devient le chef de l’état-major général de l’armée en 1914 et se distingua par sa contre-offensive sur la Marne en septembre 1914. Il est promu Commandant interarmées alliés et Maréchal de France en 1916. Il décède à Paris en 1921.

Square du Maréchal de Lattre de Tassigny

Rue du Jardin Modèle
Surface : 8 000 m²

Équipements : jeux pour enfants en bas âge.

Suite aux problèmes posés par l’assainissement de la Seine et l’épuration des eaux d’égout, la Ville de Paris acquiert vers 1868 un grand terrain de 6 hectares, situé chemin des Caboeufs.

Selon les techniques prônées par l’ingénieur Milles et son successeur Alfred Durand-Claye, la partie nord est utilisée comme champs d’épandage avant d’être louée à des cultivateurs, tandis que la partie sud est utilisée à la fin du XIXe siècle en « jardin modèle » où les visiteurs peuvent admirer la culture des plantes fourragères, maraîchères ou industrielles.

En 1936, le square devient la propriété communale et prend le nom de square du Jardin Modèle. Ce square fut rebaptisé « Maréchal de Lattre de Tassigny » en 1965.

Jean de Lattre de Tassigny, Maréchal de France à titre posthume le 15 janvier 1952, né à Mouilleronen-Pareds en 1889, mort à Paris en 1952. Il conduit la première armée de libération en Provence jusqu’au Danube (1944-45). Haut-commissaire et commandant en chef en Indochine (1950-52). Une stèle avec un médaillon de bronze lui est dédiée.

Square Georges Pompidou

Avenue du Docteur Fleming
Surface : 8 000 m²

Équipements : jeux pour enfants en bas âge, tables d’échecs, pelouses autorisées, espace de pétanque.

Square créé dans les quartiers Nord sur un ancien terrain en friche entre l’A86 et le groupe scolaire Henri Poincaré entre 1965 et 1974 après échange de terrain avec la SEMERA.

Il fut inauguré le 9 juin 1975 sous le nom de parc de loisirs. Il ne prendra définitivement le nom de Georges Pompidou qu’en décembre 1975. La décoration de l’entrée fut réalisée dans le cadre de l’opération « l’art dans la ville » en 1982-83.

Georges Pompidou, né le 5 juillet 1911 à Montboudif (Cantal) et mort le 2 avril 1974 à Paris était un homme d’État français de la Ve République. Il occupa durant la présidence de Charles de Gaulle les fonctions de Premier ministre du 14 avril 1962 au 10 juillet 1968, ce qui constitue à ce jour un record de durée à ce poste. Il fut ensuite président de la République française du 19 juin 1969 jusqu’à son décès.

Parc Robinson

Quai du docteur Dervaux – place haute du cimetière des chiens
Surface : 45 000 m²

Équipements : jeux pour enfants en bas âge et moyens, tables d’échecs, pelouses autorisées, promenade le long de la Seine, espaces de pétanque, kiosque, skatepark.

Le parc Robinson est à la limite de la voie express (quai du docteur Dervaux) et de la Seine. Dans les années 30, une promenade au bord de l’eau a été réalisée par les établissements Villette. S’y produisaient « l’harmonie » et la « fanfare » d’Asnières dans le kiosque à musique aménagé à cette époque. De nombreux Asniérois venaient les écouter.

En 2016, un nouveau skatepark a été construit dans le parc. Fruit d’un travail commun entre la Ville, les jeunes Asniérois et le CESL, les riders de tous niveaux peuvent désormais profiter de modules pensés pour le skate, mais également pour la trottinette, le roller ou le vélo freestyle.

Square du Souvenir Français

Rue Scheurer-Kestner
Surface : 7 000 m²

Équipements : jeux pour enfants en bas âge, table de ping-pong, pelouses tolérées.

Ce square de 7 000 m² aménagé en 1994, s’appelait Scheurer-Kestner, il a pris le nom du « Souvenir Français », le 8 mai 1998, à la mémoire des civils et des militaires morts pour la France.

Square Princesse Palatine

Rue de la Station – allée des Anciens Combattants
Surface : 530 m²

Ce square porte le nom d’Anne de Gonzague de Clèves, née en 1616 dite « Princesse Palatine ». La mode étant à cette époque de posséder une maison aux portes de Paris, elle trouve une opportunité à Asnières, on y trouve actuellement une sculpture à son effigie.

Square Gilbert Thomain

Rue de Lorraine – rue de Belfort
Surface : 5 900 m²

Équipements : jeux pour enfants en bas âge et moyens, kiosque, théâtre de verdure.

Ce square créé en 1902, réaménagé en 1982, porte le nom (depuis 1936) d’un pilote d’essai, mort en service commandé au camp d’aviation de Romorantin, et Conseiller municipal d’Asnières en 1929.

Square du Maréchal Leclerc

Rue H.-G. Fontaine – rue Edmé Périer
Surface : 13 000 m²

Équipements : terrains de boules parisiennes, jeux pour enfants en bas âge, moyens et adolescents, kiosque, tables d’échecs, manège.

Ce jardin, situé juste derrière l’hôtel de ville, appartenait à la famille Vanin de Courville qui a bien voulu le céder à la Commune en 1877 et dénommé square du Maréchal Leclerc en 1948.

Deux particularités symbolisent ce square, c’est la présence du magnifique kiosque à musique datant de 1891 et le monolithe de 5 tonnes (le plus vieux monument de la ville) sur lequel on voit l’effigie du maréchal Leclerc.

Le nouveau square Leclerc

Aménagements

De nombreuses plantes vivaces, des graminées et des cépées, c’est-à-dire des petits arbustes, ont été plantés. Le choix de la végétation s’est fait en fonction de la typologie du lieu. En effet, au-dessus du parking, il était impossible, pour des raisons de
sécurité, de planter des arbres faisant des racines trop profondes car il y a seulement 1,50 m entre le haut de la dalle du parking et la surface. C’est pour cette raison que les plantes préférant les sols pauvres et secs comme les bruyères ou le kniphofia ont été privilégiées. Concernant le bassin, des bulleurs ont été installés dans le fond.

Ils permettent d’aérer les matières organiques comme par exemple les feuilles mortes et ainsi d’éviter qu’il y ait un excès de vase. Il n’y a pas de traitement chimique de l’eau. Autour, les plantes ont été sélectionnées en fonction de leur capacité à supporter des situations humides. On retrouve par exemple du carex, des iris ou de la menthe aquatique. L’objectif est de recréer un écosystème et de voir arriver la faune. Cela se fera naturellement,sans introduction d’animaux.

Dans son projet, le maître d’oeuvre, le cabinet d’architecte et paysagiste L’Atelier de l’île, a profondément modifié l’ancien parc tout en gardant des aspects qui en faisaient sa spécificité.

« L’alignement des platanes a été préservé. La grande diagonale met en scène une nouvelle perspective à travers le square. Des surfaces en prairie offrent des espaces de loisirs et de jeux tandis que des ambiances végétales riches offrent un cadre agréable de promenade et de détente », détaille le cabinet.

Les enfants n’ont pas été oubliés dans cette rénovation puisqu’au total la surface de jeux qui leur est destinée a doublé.

Autonome en eau

L’accent a aussi été mis sur deux autres aspects, l’accessibilité et l’écologie. Le deck en bois le long du bassin mais aussi le réaménagement des rues Edmé Périer et H.-G. Fontaine sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Pour l’aspect écologique, un drainage des eaux de pluie a été mis en place. Les eaux de ruissellement du parvis sont récoltées et redirigées vers les surfaces plantées. Le plan d’eau est, de son côté, alimenté par la création de noues permettant le recueil des eaux de pluie. Le parc est donc autonome en ce qui concerne son arrosage. Le réaménagement du square Leclerc a bénéficié du soutien financier de l’Agence régionale des espaces verts (AEV).

Ruches

15 ruches privées (connues)
17 ruches sur le domaine public et notamment plus de 8 ruches installées entre 2014 et 2017

« Les ruches d’Asnières se portent bien et vont créer de nouvelles colonies. Ne soyez donc pas étonnés si vous voyez un essaim, sur une branche d’arbre, dans la fissure d’un mur ou autour d’un piquet. »

Les aménagements futurs

En plus de placer l’environnement au cœur des différents projets d’aménagement : réserver des espaces verts dans toutes les opérations futures, repenser les espaces publics, mettre en place des dispositifs innovants de gestion des ressources (récupération des eaux pluviales), développer l’agriculture urbaine, la Mairie d’Asnières-sur-Seine prévoit un aménagement conséquent des berges de Seine :

• une rénovation des berges afin de favoriser le développement de la biodiversité,

• en partenariat avec le conseil départemental des Hauts-de-Seine, un projet de promenade piétonne permettant la reconquête du fleuve,

• un port Van Gogh avec de nouvelles installations laissant une grande place aux modes doux,

• l’arrivée de nouvelles activités de loisirs et de restauration au port Georges Seurat,

• l’arrivée d’une péniche pont de Clichy (salle municipale des fêtes).

Les Jardins de la DS

Équipements : tables d’échecs.

La friche des anciennes usines PSA à Asnières-sur-Seine laisse place en 2015 à un nouveau quartier en bord de Seine. Au cœur de la composition, les ateliers Lion, architectes-urbanistes en chef de la ZAC, ont laissé la part belle à un parc public autour duquel s’organisent bureaux et logements.

Cet espace a été conçu comme élément fédérateur de la vie des futurs habitants et employés du quartier. Trois axes ont guidé leur démarche :

• un jardin pour tous, il offre une multitude d’usages à un public large et sa composition autour de l’allée centrale en fera un chemin privilégié pour se rendre au RER,

• un jardin en lien avec la Seine, par la création des jardins de pluie et la végétation spécifique qui les accompagne, par une plantation généreuse tout au long de l’axe qui appelle le quai Aulagnier et par un travail sur le chemin de l’eau vers la Seine, le jardin fait écho à la présence du fleuve,

• un jardin comme lieu de mémoire du territoire, le travail fin des matériaux et la succession d’ateliers actifs le long de l’allée centrale rappellent par un léger clin d’oeil le passé laborieux du site. La halle historique est, quant à elle, mise en valeur par des jardins creux qui l’entourent de part et d’autre.

La gestion de l’eau

Le parc de la DS est exemplaire de par sa gestion des eaux de pluie. Un réseau de noues et de fossés assurent la récolte des eaux pluviales. De même, les toitures sont aménagées pour rejeter les eaux récoltées dans ce réseau dont tout le contenu converge
vers un bosquet humide. Ce dernier se verse dans le bassin du parc situé au pied de la grande halle. Une citerne est intelligemment placée sous le bassin afin de réutiliser l’eau pour l’entretien et l’arrosage des plantations.

En cas de forte pluie, le parc peut stocker jusqu’à 1 100 m3 d’eau.

Source ARPENTERE

En savoir plus

ENG / DEU